5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

14.02.2007  Sorti de presse: La cornette sous le paillasson ?
18.12.2006  Mention de l'âge gestationnel à l'état civil
18.12.2006  Participez à l'étude comparative sur l'allaitement !
18.12.2006  Prise de poids entre deux grossesses: Danger !
18.12.2006  Risques de lésions périnéales sévères
18.12.2006  Comme il te ressemble, dit la maman...
18.12.2006  Pour rompre le silence en cas de violence conjugale
18.12.2006  En 2004, un enfant sur cent a été conçu in vitro

 

continuer Sorti de presse: La cornette sous le paillasson ?

Cet ouvrage a été publié en octobre 2006, sous la coordination de Viviane Luisier, aux éditions Médecine & Hygiène. Il regroupe des témoignages de sages-femmes genevoises qui ont travaillé tant à la Maternité qu'à domicile.
Tout en évoquant un passé en partie révolu en raison d'une évolution rapide des mentalités et des techniques entre 1960 et 2000, l'ouvrage soulève de nombreuses questions sur le rôle de la sage-femme dans la société actuelle. Les sages-femmes interviewées se demandent aussi quelle est la place des sages-femmes dans un monde de plus en plus médicalisé : que leur laisse-t-on encore faire ? Le moment ne serait-il pas venu de mettre la clé (ou mieux la cornette, d'où le titre) sous le paillasson ?


 

Mention de l'âge gestationnel à l'état civil

Dès le 1er janvier 2007, les notifications de naissances à l'état civil devront comporter l'âge gestationnel en plus de la mention du poids et de la taille. Les offices d'état civil mettront les nouveaux formulaires à disposition avant la fin 2006.
L'enregistrement de l'âge gestationnel sur les notifications de naissance est une mesure que les obstétriciens et les pédiatres demandent depuis très longtemps. L'Office fédéral de la statistique disposera ainsi pour la première fois de données fiables sur la prématurité en Suisse. Le taux de prématurité est en effet un indicateur très important en santé publique.

L'âge gestationnel à la naissance correspond au nombre de semaines et de jours de grossesse révolus (par exemple, 40 + 6). L'âge gestationnel obtenu à partir dune échographie précoce sera privilégié. Pour rappel, l'âge gestationnel est déterminé selon le premier jour des dernières règles, ce qui correspond aux recommandations de l'OMS selon l'ICD-10.

Prof. Dr. U. Ackermann-Liebrich, Bâle, Santé publique Suisse
Prof. Dr. H.U. Bucher, Zurich, Société suisse de pédiatrie, Société suisse de néonatologie
Dr. G. Drack, St-Gall, Société Suisse de gynécologie et obstétrique

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Participez à l'étude comparative sur l'allaitement !

La Fédération suisse des sages-femmes a publié dans sa dernière Newsletter mon étude comparative sur le "point de vue des sages-femmes concernant l'allaitement".
Le but est de poser les mêmes questions aux sages-femmes suisses en activité qu'à leurs consoeurs en Oklahoma (USA) en 2003. Cette étude sera analysée par mes soins à l'issue d'un travail de semestre à l'Oklahoma State University et doit démontrer dans quelle mesure l'attitude et les connaissances du personnel spécialisé peuvent influencer la proportion du taux d'allaitement.

Merci à tous ceux et celles qui ont déjà participé à l'étude. Jusqu'à ce jour, ce sont quelque 38 sages-femmes de langue germanophone et 16 sages-femmes de langue francophone qui ont renvoyé le questionnaire. Cependant, pour que cette étude soit probante, ce nombre de participants est malheureusement encore trop faible.

Au cas où vous n'auriez pas encore participé, mais que vous seriez encore disposés à le faire volontiers, je m'en réjouirais beaucoup et, dans cette perspective, je vous remercie par avance pour votre soutien. Le lien internet qui vous conduira au descriptif de l'étude ainsi qu'au questionnaire est le suivant : http://fp.okstate.edu/ktay/maya/french_intro.htm

Si vous désirez recevoir ce questionnaire par courrier postal, je vous prie de me contacter par téléphone, de préférence le soir, au numéro 061 761 34 82. Je vous remercie pour votre effort.

Maya Joray,
étudiante en Science humaine et environnementale/nutrition

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Prise de poids entre deux grossesses: Danger !

En comparant les données relatives aux deux premières grossesses consécutives de plus de 150'000 Suédoises entre 1992 et 2001, les auteurs ont montré qu'une prise de poids significative entre deux grossesses augmente le risque de complications.
Ces résultats semblent confirmer l'existence d'un lien de cause à effet entre la surcharge pondérale et le risque de complications durant la grossesse. Ainsi, une augmentation d'au moins 3 points d'indice de masse corporelle entre deux grossesses est associée à une augmentation du risque de pré-éclampsie, d'hypertension gestationnelle, de diabète gestationnel, de césarienne, de fausse couche ou de macrosomie. Des résultats qui incitent à conseiller à toutes les femmes de reprendre un poids normal entre chaque grossesse et à celles qui sont en surpoids de maigrir avant de débuter une nouvelle grossesse...

Source : The Lancet, 30 septembre 2006; 368: 1164-70

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Risques de lésions périnéales sévères

Les conclusions d'une étude prospective sur une période de deux ans portant sur toutes les femmes ayant accouché par voie basse entre avril 1998 et mars 2000 (n=6595) au « Royal Prince Alfred Hospital » à Sydney (Australie) viennent d'être diffusées.
Ce sont les lésions périnéales sévères, à savoir les déchirures du 3ème degré (n= 122) et du 4ème degré (n=12), qui ont intéressé avant tout les chercheuses australiennes.

Méthodologie : Les sages-femmes concernées ont pu commenter par écrit ces cas avec lésions périnéales sévères, soit 2% de la population (n=134). Des groupes de discussion ont également été constitués pour analyser plus particulièrement ces expériences.

Résultats : La primarité, un accouchement instrumenté, lorigine ethnique asiatique ainsi qu'un poids supérieur de l'enfant à la normale (plus de 4 kg) ont été associés à un haut risque de lésions périnéales sévères. En revanche, la durée du travail, l'utilisation de la péridurale, la dystocie des épaules et l'épisiotomie ne sont pas des facteurs significatifs pour des lésions périnéales sévères. Les sages-femmes impliquées ont identifié plusieurs facteurs possibles, soit un manque de communication avec la femme durant l'accouchement, des positions inadéquates, le recours à la technique, l'origine ethnique asiatique, les habitudes obstétricales.

Implications pour la pratique : Des stratégies préventives semblent pouvoir être utilisées et améliorées.

Source : Hannah.G. Dahlen et al. : An Australian prospective cohort study of risk factors for severe perineal trauma during childbirth. In : Midwifery, 22 nov. 2006.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Comme il te ressemble, dit la maman...

Comme il te ressemble ! C'est très souvent ce que disent la maman et la famille maternelle à propos du nouveau-né en s'adressant au papa. Lequel, comme l'ensemble de la famille paternelle, reste généralement dubitatif. Alors, réalité ou manipulation ?
Une équipe de recherche de l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (ISEM, CNRS - Université Montpellier 2) a étudié ce schéma fréquemment rencontré dans nos sociétés. Les résultats sont clairs : le nouveau-né, fille ou garçon, ressemble plus à sa mère. L'attribution de la ressemblance au père par la mère serait une manipulation sociale visant à conforter sa paternité. Ces travaux sont disponibles en ligne sur le site de la revue Evolution and Human Behavior.


 

Pour rompre le silence en cas de violence conjugale

Un nouveau site interactif permet aux internautes de poser, de manière anonyme, des questions sur la violence en général et sur la violence conjugale en particulier.
Une quinzaine de spécialistes du terrain y répondent dans les trois jours. L'objectif est d'aider les personnes à rompre le silence et à sortir de leur isolement. Quand on sait que l'arrivée d'un enfant est près d'une fois sur deux un moment déterminant dans les cas de violence physique, on comprend que les sages-femmes aussi peuvent faire quelque chose.

Stéphanie Apothéloz, cheffe de projet

Autres informations: http://www.violencequefaire.ch

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer En 2004, un enfant sur cent a été conçu in vitro

Pour la première fois, l'Office fédéral de la statistique (OFS) publie les résultats de la nouvelle statistique de la procréation médicalement assistée qui sera désormais diffusée annuellement.
Il existe en Suisse vingt centres de médecine de la reproduction qui aident des couples stériles à concevoir en recourant aux méthodes de procréation médicalement assistée. De 2002 à 2004, chaque année, quelque 3'600 femmes en âge de procréer (15-44 ans) se sont adressés à l'un de ces centres et y ont été traitées, soit une femme en âge de procréer sur mille. Elles ont en moyenne 35 ans, soit six ans de plus que les primipares en Suisse.

Une moyenne de 1,6 cycle de traitement par femme a été effectuée. Parmi les 3'600 femmes traitées, une sur trois est tombée enceinte, ce qui correspond à un taux de réussite de 20%, compte tenu du nombre de cycles initiés. Notons que 711 embryons (potentiellement) en surnombre ont été détruits en 2003.