5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138
Page 139
Page 140
Page 141
Page 142
Page 143

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

09.02.2008  5 mai 2008 - Journée des sages-femmes
09.02.2008  Questions critiques à propos de l'étude SESAM
17.12.2007  Comment le foetus se prépare à l'accouchement
17.12.2007  « Hey Girls ! » devient « Hé les miss ! »
17.12.2007  Décision positive pour les maisons de naissance
17.12.2007  Le H5N1 peut aussi traverser le placenta...
17.12.2007  Du soin au rite de l'enfance: un livre et un DVD
17.12.2007  Parler du mobbing, au lieu de l'encaisser...

 

5 mai 2008 - Journée des sages-femmes

Cette année, le slogan de l'ICM (International Confederation of Midwives ICM) reste « Plus que jamais, nous avons besoin de sages-femmes ! »
Le 5 mai prochain, il n'y aura pas d'action internationale programmée, mais il serait bon d'utiliser cette occasion pour attirer l'attention sur notre métier. Avec des pancartes, un petit stand, une petite fête dans une maison de naissance ou des portes ouvertes dans un service hospitalier, etc. Avec un article dans le journal local ou une interview à la radio. Laissez donc faire votre imagination !
Il serait également utile de compléter votre action par une collecte pour soutenir le projet « Sponsor a Midwife ». La FSSF a créé ce fonds il y a quelques années pour permettre à une ou plusieurs sages-femmes des pays pauvres de participer au congrès international des sages-femmes (pour rappel : en juin 2008, à Glasgow, www.midwives2008.org). Pour verser l'argent, utilisez le compte de la Fédération suisse des sages-femmes de Berne (CCP: 30-39174-4).
Je vous souhaite donc de bien profiter de ce 5 mai et vous rappelle que la rédactrice romande attend vos photos et vos impressions « à chaud » (j.bodartsenn@sage-femme.ch)

Zuzka Hofstetter (zh3@bluewin.ch)

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Questions critiques à propos de l'étude SESAM

Le Groupe Sesam-Watch pose des questions critiques sur l'étude suisse SESAM, dans laquelle trois à quatre mille enfants, leurs parents et leurs grands-parents seront observés sur une durée de 20 ans.
Le Groupe Sesam-Watch conseille aux professionnels étant en contact avec des femmes enceintes de prendre connaissance de l'étude, afin de pouvoir les accompagner pendant qu'elles se forgent une opinion à ce sujet.

Questions relatives à une participation à l'étude SESAM :
1. SESAM représente une certaine vision de la santé mentale et les méthodes de recherche mises en Suvre sont controversées aussi bien au sein de la recherche qu'en dehors de celle-ci. Confirmez-vous l'image de l'humain qui est sous-jacente à une telle étude?
2. Comment réagirez-vous lorsque l'étude assignera votre enfant ou votre famille dans un groupe spécifique de personnes vulnérables ?
3. Que répondrez-vous lorsque votre enfant vous demandera pourquoi vous l'avez-vous impliqué dans cette recherche ?
4. Voulez-vous vraiment confier votre patrimoine génétique (ADN) et celui de votre famille à des scientifiques sans savoir précisément à quoi cela servira et sans que le caractère confidentiel soit garanti à long terme ?
5. Etes-vous conscient-e que vous mettez à disposition des informations sur votre patrimoine génétique ainsi que sur des personnes qui vous sont apparentées, sans que votre consentement soit requis ?
6. L'industrie pharmaceutique soutient le projet, à coup de millions de francs. Pourquoi donc ?
7. L'étude souhaite suivre le développement de votre enfant âgé durant plus de 20 ans. Souhaitez-vous vraiment participer, durant une si longue période, avec votre enfant et votre famille ?

Sesam-watch-Gruppe
e.a. Sabine Keller, pédopsychiatre; Ruth Waldvogel, psychothérapeute ; Urusula Walter, psychologue et psychothérapeute ; Susann Ziegler, psychologue clinique et psychothérapeute FSP.

Autres informations:
http://www.baslerappel.ch
http://sesam.twoday.net
http://www.sesamswiss.ch

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Comment le foetus se prépare à l'accouchement

A Marseille (France), des chercheurs de l'unité Inserm 29 sous la direction de Yehezkel Ben-Ari ont découvert que la mère informe et prépare le foetus à l'accouchement
On sait que, quelques heures avant l'accouchement, sous l'action d'une série d'événements et de la diminution du taux de progestérone circulant chez la mère, l'hypothalamus fabrique puis libère une hormone dans le sang : l'ocytocine. Elle agit sur l'utérus en favorisant la survenue des contractions, sur les seins au niveau des canaux responsables de la lactation et favoriserait même le sentiment maternel. Des chercheurs de l'unité Inserm 29 sous la direction de Yehezkel Ben-Ari ont découvert que la mère informe et prépare le foetus à l'accouchement grâce à cette même hormone.


 

« Hey Girls ! » devient « Hé les miss ! »

Il existe désormais un guide pour accompagner les jeunes filles dans leur découverte d'une sexualité pleinement assumée, responsable et épanouie.
Informative et aisément compréhensible, cette publication gratuite explique par ailleurs en termes clairs et directs les risques en relation avec le VIH/sida et d'autres infections sexuellement transmissibles.
Les jeunes filles ayant entre 12 et 17 ans y trouvent une grande diversité de sujets qui les préoccupent à cet âge : la puberté et ses transformations physiques, le premier amour et le premier rapport sexuel, la contraception ainsi que la protection contre le VIH/sida et d'autres infections sexuellement transmissibles. D'autres thèmes, parmi lesquels l'estime de soi, la violence, les drogues, l'orientation sexuelle ou encore le fait d'être étrangère, y sont également abordés.
La brochure est rédigée dans un langage clair et direct et conçue visuellement pour un public habitué à l'Internet. Sa conception modulaire permet aux lectrices de passer aisément d'un sujet à l'autre, interrompant et reprenant la lecture où et quand bon leur semble. La traduction a été réalisée en collaboration avec PLANeS, la Fondation suisse pour la santé sexuelle et reproductive à Lausanne, une garantie supplémentaire que l'adaptation tient compte des spécificités du groupe cible. La brochure en couleurs, 44 pages, format A4, peut être commandée gratuitement par tél. (044 447 11 13) ou par courriel (www.shop.aids.ch.)

Source : Communiqué de presse « Aide suisse contre le sida » du 21.08.2007

Autres informations: http://www.aids.ch

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Décision positive pour les maisons de naissance

Le 24 septembre dernier, le Conseil des Etats s'est rallié au National sans discussion sur la question du financement des hôpitaux.
Ainsi, il a été décidé que les maisons de naissance pourront figurer sur les listes cantonales des hôpitaux. Un référendum peut être lancé dans un délai de 100 jours après la fin de la session d'hiver, donc jusqu'à environ fin mars 2008. Sans référendum engagé, la loi entrerait en vigueur dès le 1er septembre 2009. Ensuite, les cantons auront jusqu'à trois ans pour mettre en Suvre les modifications apportées par la loi. Ils peuvent cependant commencer avant ! Cela veut dire qu'à partir de fin mars 2008 il n'y aura plus rien pour s'opposer à l'inscription des maisons de naissance sur les listes cantonales des hôpitaux.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Le H5N1 peut aussi traverser le placenta...

D'après des scientifiques chinois, le virus H5N1 serait capable de franchir la barrière placentaire, et de se transmettre ainsi de la mère au fStus.
L'autopsie de deux adultes décédés de la grippe aviaire (un homme et une femme enceinte) et du foetus a montré que le virus H5N1 ne s'attaque pas seulement aux poumons, mais aussi à la trachée, aux ganglions lymphatiques et au cerveau. Le foetus était aussi porteur de H5N1 dans les poumons et le foie.

Source: The Lancet, 27 septembre 2007

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Du soin au rite de l'enfance: un livre et un DVD

L'ouvrage qui sort de presse aborde la question des modèles parentaux en matière de soins et de rites entourant la naissance et la prime enfance dans différentes régions du monde.
L'observation des soins aux jeunes enfants (allaitement, sevrage, toilette quotidienne, etc.), et des rites qui accompagnent leur croissance, permet de mieux aiguiser notre regard sur la diversité des normes sociales et culturelles en matière de puériculture et d'adapter les modes d'intervention des acteurs médico-sociaux ou éducatifs au sein d'une famille ou d'une communauté.

L'étude des sciences sociales et humaines sur la petite enfance s'inscrit aujourd'hui dans une réflexion sur l'évolution de la famille et les nouvelles formes de parenté, quelles que soient les régions du monde. Les techniques de soins et les rites associés à la petite enfance suivent la trace de ces recompositions familiales et identitaires. Les auteurs montrent ici que ces techniques se « nichent » dans des politiques identitaires ou s'intègrent à de nouveaux savoirs. On s'apercevra, alors, que ces « pratiques de routine » ont une dimension éminemment politique qu'on avait peut-être jusque là sous-estimée.

Ce travail collectif a été coordonné par Doris Bonnet, directeur de recherches en anthropologie, et Laurence Pourchez, anthropologue et ethnocinéaste. Geneviève Delaisi de Parseval en a assuré la préface.

Autres informations: http://www.edition-eres.com

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Parler du mobbing, au lieu de l'encaisser...

Celle qui n'est pas traitée correctement sur son lieu de travail aurait intérêt à prendre activement les choses en main. Une nouvelle étude le montre: le fait de se sentir continuellement malmené, jour après jour, peut avoir un impact sur le coeur.
Plus le salarié se trouve au bas de la hiérarchie professionnelle, plus il se sent injustement traité et considéré. Contrairement aux idées reçues, le patron à la tête d'une entreprise ne s'expose pas forcément à un plus grand risque d'infarctus que ses collaborateurs. «Au contraire, même», note le cardiologue bâlois, le professeur Andreas Hoffmann, président de la Commission groupes de maintenance de la Fondation Suisse de Cardiologie: «Moins un collaborateur a de pouvoir décisionnel, plus il est dépendant et manque de reconnaissance dans ses efforts ou se trouve malheureux dans un travail monotone, et plus il est menacé avec le temps dans sa santé (cardiaque).» Parmi les victimes, tout en bas de l'échelle, beaucoup de femmes.