5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

17.02.2004  Nouvelles de l'OMS
17.02.2004  Brochure IAMANEH
17.02.2004  Nouveau CD-ROM gratuit
20.01.2004  Allaitement: label de l'UNICEF
16.12.2003  Mort subite du nourrisson
16.12.2003  Coûts de la santé 1960-2000
16.12.2003  Huiles minérales dans le lait
16.12.2003  Césarienne précédente

 

continuer Nouvelles de l'OMS

113ème session du comité exécutif
Lors de la réunion annuelle, qui a eu lieu en janvier à l'OMS à Genève, le nouveau directeur général, le Dr. LEE Jong-wook, a fait le point sur les principaux problèmes de santé actuels.
Concernant la santé génésique (= relative à la sexualité), un projet de stratégie a été élaboré pour accélérer les progrès en vue de la réalisation des objectifs et cibles du développement international. L'importance du rôle de la sage-femme est aussi ressorti des discussions ; elle est la personne la plus appropriée pour la révision du curriculum des agents de santé (conseillères, éducatrices, etc..)
L'importance d'un financement durable pour la santé génésique et familiale a aussi été relevé. Les gouvernements devraient être impliqués au plus vite.
Concernant la nutrition chez le nourrisson et le jeune enfant, 5,8 millions d'enfants de moins de cinq ans dans 55 pays, sont actuellement confrontés à des situations d'urgence majeure. Les carences en iode, vitamine A et fer ont des conséquences désastreuses sur le développement, d'où l'importance de former des agents de santé.
Point positif : l'allaitement exclusif est en hausse. Sur les 122 pays figurant dans la banque de données mondiale, le taux d'allaitement exclusif est passé de 19 % en 1990 à 38% en 2002. L‘initiative "Hôpitaux Amis des Bébés", lancée en 1991, est actuellement appliquée par plus de 19000 hôpitaux dans 138 pays. Des recommandations sont aussi élaborées pour aider les mères VIH-positives dans ces hôpitaux.
En lien avec certaines ONG, la problématique des laits en poudre pour nourrissons a aussi été abordée. Le personnel de santé devrait être très attentif au stockage des laits, à la manière de les préparer, à la stérilisation des biberons, à la propreté de l'eau, et au stockage des laits préparés, qui deviennent impropres à la consommation après une heure à température ambiante. Les bactéries qui s'y développent sont responsables d'infections graves chez les tout petits.
D'autre part, le Département Santé et Recherche Génésiques de l'OMS a récemment sorti un guide destiné à la sage-femme et au médecin qui s'intitule : " Prise en charge des complications de la grossesse et de l'accouchement " (réf. WHO /RHR/00.7). C'est une stratégie globale visant à améliorer l'accès aux soins maternels et néonatals et la qualité de ces soins. Ce manuel très complet a été contrôlé et approuvé par la Confédération Internationale des sages-femmes et par la Fédération Internationale de Gynécologie et d'Obstétrique. Il peut être obtenu à l'OMS Genève (adresse ci-dessous) en anglais et français. Il est également possible de demander à l'OMS de l'envoyer à des partenaires de la santé dans des pays en développement que vous connaissez. Par le même biais, on peut aussi s'abonner au journal " Maternité sans risques".
Ruth Brauen


 

Brochure IAMANEH

Erreur de livraison
La brochure "Info" de IAMANEH a été insérée dans le dernier numéro de "Sage-femme suisse". Malheureusement, suite à une erreur du centre de distribution, environ 200 destinataires francophones ont reçu une brochure en allemand. Nous nous excusons de cette erreur. Si vous souhaitez recevoir une brochure en français, n'hésitez pas à nous contacter: Tél. 061 205 60 80, courriel info@iamaneh.ch . Merci de votre compréhension. IAMANEH Suisse, Aeschengraben 16, 4051 Bâle.

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Nouveau CD-ROM gratuit

Réduire les risques de la maternité
Sous-titré "Stratégies et évidences scientifiques", ce CD-Rom est le résultat d'une collaboration entre le Département pour le développement international du Royaume-Uni (DFID), la Commission européenne, l'Institut de médecine tropicale de l'université d'Anvers) et John Snow International.
Dans le cadre de son engagement dans la réduction de la mortalité maternelle, et pour s'assurer que sa stratégie et sa politique sont basées sur des faits démontrés, la Commission européenne a commandé 19 articles qui passent en revue la littérature scientifique et des rapports de recherche afin d'évaluer les preuves scientifiques disponibles pour chaque thème spécifique. On y trouve par exemple les thèmes suivants : " Réduire la mortalité maternelle dans un contexte de pauvreté " , " Est-ce que les soins prénatals aident à réduire la morbidité et la mortalité maternelle? " Ou " Des technologies obstétricales appropriées pour la gestion des complications maternelles ". Ces articles ont été discutés durant une réunion d'experts à Bruxelles en novembre 2000. Les articles ont été publies par l'IMT sous forme de livre en français ainsi qu'en anglais et plus de 4 000 copies ont déjà été distribuées a ce jour. En août 2003, une première édition d'un CD-Rom comprenant les articles en français et en anglais a été créée. Cette seconde édition, financée par le DFID, contient également la version espagnole des articles.
Ce format facile à utiliser répondra certainement aux besoins des chercheurs, praticiens et décisionnaires intéressés à la réduction des risques liés à la maternité. Un outil de travail indispensable et fort pratique, puisqu'une recherche par mots-clés est possible à travers l'ensemble des articles. Si le contenu de ceux-ci est surtout axé sur la problématique des pays en voie de développement, il sera également très utile chez nous.
Pour recevoir le CD-ROM gratuitement, envoyez un courriel à info@jsiuk et indiquer le nombre de CD désirés. Pour toute information complémentaire : Jean-Marc Jacobs, Information and Communications Officer, JohnSnowInternational(UK), Tel: +44 20 7241 8599, Fax: +44 20 7482 4395, www.jsiuk.com

FSSF, Fabiène Gogniat


 

continuer Allaitement: label de l'UNICEF

53 établissements "amis des bébés"
Cinquante-deux hôpitaux et cliniques et une maison de naissance ont reçu le label de l'UNICEF "maternité favorable à l'allaitement maternel" dans le cadre de l'Initiative hôpitaux amis des bébés (IHAB) de l'OMS et de l'UNICEF. Ces 53 établissements totalisent plus que 37'000 naissances par an. De ce fait, 51% de tous les nouveau-nés en Suisse viennent au monde dans des maternités IHAB. Il s'agit des établissements suivants:


 

Mort subite du nourrisson

Mystère éclairci?
Une équipe de chercheurs des universités de Bruxelles et de Sherbrooke (Canada) a peut-être éclairci le triste mystère de la mort subite du nourrisson (MSN). Ils ont découvert un lien entre les infections et ce syndrome mortel.
Leur recherche a établi que la mort subite du nourrisson survient chez des enfants qui ont un fonctionnement anormal du système immunitaire ou qui présentent une sensibilité anormale à certaines protéines. Quand ces bébés contractent une infection, leur système immunitaire déclenche une réaction mortelle.
Les chercheurs ont étudié le cerveau de 27 enfants. Dix-neuf étaient morts de MSN et huit d'autres causes. L'équipe a comparé le niveau de différentes cytokines (une classe de protéines qui sert à réguler le système immunitaire) dans le cerveau de chaque groupe. Tous les 19 enfants morts de MSN ont montré des niveaux élevés ou modérés d'interleukine-1 (un type de cytokine) dans la même région du cerveau. Six des enfants morts d'autre cause avaient des taux faibles, négligeables ou inexistants d'interleukine-1 dans les mêmes régions, et les 2 autres en avait un taux modéré. Il semble qu'un taux élevé d'interleukine-1 pourrait être un dénominateur commun aux enfants victimes de MSN.
Les cytokines peuvent être libérées dans le corps en réponse à divers stimuli, dans des conditions infectieuses ou inflammatoires ou lorsqu'il y a un manque d'oxygène. Les cytokines ne sont pas toujours nuisibles. Quand les cytokines interagissent avec les neurotransmetteurs, le résultat peut changer des fonctions vitales comme un éveil du système nerveux central. Ces réponses d'éveil modifiées pourraient être la cause de la MSN selon les chercheurs.
La MSN reste la cause majeure de décès chez les bébés de 1 mois à 1 an dans les pays développés. Sa cause exacte est encore inconnue.

Source : H. Kadhim, A. Kahn, G. Sébire : Distinct cytokine profile in SIDS brain, A common denominator in a multifactorial syndrome?, in Neurology, 2003; 61:1256-1259

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Coûts de la santé 1960-2000

L'augmentation est un phénomène de société
L'Office fédéral de la statistique (OFS) a calculé une série chronologique des coûts du système de santé sur la période s'étendant de 1960 à 2000. Selon ses estimations, les coûts de la santé s'élèvent à 43,4 milliards de francs en 2000. La part de ces coûts dans le produit intérieur brut (PIB) a régulièrement progressé dans les quarante dernières années. De 4,9% en 1960, elle atteint 10,7% aujourd'hui. L'augmentation annuelle moyenne de 7,3% est sensiblement supérieure à celle des prix à la consommation de 3,4%. La hausse réelle des coûts de la santé est donc de 3.9%.
L'augmentation des coûts du système de santé n'est pas un phénomène d'apparition récente ou liée à la loi de 1994 sur l'assurance-maladie (LAMal). Elle a des causes complexes et résulte d'un phénomène social de fond dans lequel tous les acteurs sont impliqués et adaptent leurs comportements : patients, prestataires de soins, assureurs maladie et autorités publiques.
Sur la période concernée, la part des coûts hospitaliers a passé de 35,7% en 1960 à 46,8% en 2000. Le pic a été atteint en 1991 avec 50%. Les soins ambulatoires restent stables (36.6% à 33.1%). Depuis 1994, la part des soins hospitaliers a baissé, une preuve que la LAMal a ouvert la voie pour une meilleure utilisation des potentialités des soins ambulatoires. Etonnamment, la part des coûts des biens de santé (médicaments) a quasiment diminué de moitié, passant de 24,3% en 1960 à 12,6% en 2000. Mais le développement, depuis les années nonante, de thérapies médicamenteuses coûteuses laisse cette évolution incertaine pour les prochaines années.

Source : Communiqué de presse de l'OFS, 22 juillet 2003

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Huiles minérales dans le lait

Renoncer à certaines pommades pour mamelons
Une étude menée par le laboratoire cantonal de Zurich montre que le lait maternel peut contenir des résidus de paraffine. Ces paraffines minérales sont utilisées dans de nombreux domaines. Nous en absorbons à travers notre alimentation - elles sont utilisées en tant qu'additifs (p. ex. produits pour le glaçage) et auxiliaires technologiques (p. ex. lubrifiants), par le biais des cosmétiques (crèmes pour la peau et produits de soins pour les lèvres) et des produits médicaux (pommades dermatologiques). Bien qu'il ne soit actuellement pas prouvé que la paraffine minérale puisse avoir des effets négatifs sur l'organisme, le principe de précaution veut que l'on réduise l'exposition à cette substance. Sachant toutefois que, chez l'être humain, les paraffines minérales s'accumulent dans le foie, les ganglions lymphatiques et la rate, il s'agit de savoir quelles sont les quantités absorbées et accumulées par le corps humain. A cette fin, le laboratoire cantonal de Zurich a examiné 33 échantillons de lait maternel, et il en a conclu que les paraffines minérales constituent l'élément contaminant le plus important du lait maternel. Cet état de fait ne doit toutefois en aucun cas empêcher la mère d'allaiter son enfant, car l'allaitement maternel reste la meilleure alimentation pour le nourrisson.
Par contre, certains produits utilisés comme pommades pour les mamelons (p. ex. vaseline) posent problème, car ils ont une teneur très élevée en paraffines minérales. Si la mère enduit le mamelon de ces produits avant l'allaitement, ces substances peuvent être transmises à l'enfant par contact buccal direct. A titre préventif, il est recommandé aux femmes qui allaitent de renoncer à ces produits. Après l'allaitement, il est conseillé de répartir soigneusement quelques gouttes de lait sur le mamelon et de laisser sécher ce dernier à l'air. Le lait maternel ayant un effet cicatrisant et anti-inflammatoire, il permet de prévenir les douleurs. Au besoin, on appliquera après l'allaitement de la graisse de suint pure et hypoallergénique (lanoline) qui ne contient ni paraffines minérales, ni agents conservateurs. Il est possible d'obtenir la liste des produits de soins appropriés auprès de la Fondation suisse pour la promotion de l'allaitement (Franklinstrasse 14, 8050 Zurich, tél. 01 311 79 50, courriel : Fondation CH allaitement)

Source : Communiqué de presse de l'Office fédéral de la santé publique, 9 décembre 2003

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Césarienne précédente

Augmentation du risque ultérieur de mortinatalité

Les auteurs d'une étude anglaise suggèrent que le risque de donner naissance à un enfant mort-né pourrait doubler chez les mères ayant préalablement subi une césarienne pour leur premier enfant, même si ce risque reste bas, à environ 1 sur 1100.
Les auteurs ont étudié les chiffres et données écossais (entre 1992 et 1998), soit un total d'environ 120'000 naissances. La proportion de bébés morts-nés était plus grand parmi les femmes ayant subi une césarienne pour leur précédente grossesse (2.39 pour 10'000 femmes par semaine), contre un risque de 1.44 parmi les femmes ayant accouché par voie basse. Les risques d'une mortinatalité non expliquée, associée à une précédente césarienne, différait significativement avec l'âge gestationnel, le risque le plus élevé était apparent dès 34 semaines. Le risque n'était pas atténué par un ajustement selon les caractéristiques maternelles ou les causes de l'issue de la première grossesse. Le risque absolu de mortinatalité inexpliquée à (ou après) 39 semaines de gestation était de 1.1/1000 pour les femmes ayant eu une césarienne précédemment contre un risque de 0.5/1000 chez celles qui n'en avaient pas eu.

Source : G. C. S. Smith, J. P. Pell, R. Dobbie : Caesarean section and risk of unexplained stillbirth in subsequent pregnancy, in Lancet 2003; 362: 1774; 1779-84

FSSF, Fabiène Gogniat