5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

23.06.2004  Mutilation génitale féminine
23.06.2004  Les vaccins en question
23.06.2004  Restructurations à la FSSF
18.05.2004  Episiotomie : lever le voile
18.05.2004  Fausse couche et vitamine C
18.05.2004  Méthode sympto-thermique
18.05.2004  La GB contre les césariennes
19.04.2004  Recherche épidémiologique

 

Mutilation génitale féminine

Directives pour le personnel médical en Suisse
On estime qu'il y a en Suisse environ 12'000 femmes provenant de régions où les mutilations génitales féminines (MGF) sont pratiquées ; 6'000 à 7'000 d'entre elles sont directement concernées par cette problématique. En Suisse, c'est un groupe d'ethnologues bernoises qui s'est en premier confronté au problème. Plus récemment, en juin 2002, une journée organisée par l'UNICEf et PLANes a été organisée sur ce thème. L'UNICEF Suisse a depuis lors publié un avis de droit sur la question, qui servira de base juridique pour des activités ultérieures dans le domaine.
Au cours des dernières années, deux thèses ont été menées sur le sujet des mutilations génitales féminines, l'une de Fabienne Jäger et l'autre de Clara Thierfelder. Ces études ont montré qu'il existe un besoin d'agir dans différents domaines. Des directives pour le personnel spécialisé dans le domaine de la santé sont en particulier nécessaires.
Le Professeur Hohlfeld (CHUV) a donc élaboré, avec l'aide et les conseils d'un groupe de travail, des directives (Guidelines) pour le personnel médical. Les organisations et institutions suivantes étaient représentées dans le groupe de travail, et ont adopté le document : Office fédéral de la santé publique, Caritas Suisse, IAMANEH Suisse, PLANes (Fondation pour la santé sexuelle et reproductive), Société suisse de gynécologie et d'obstétrique, Fédération suisse des sages-femmes, Institut tropical Suisse, UNICEF Suisse.
Ces directives pourront être consultées et téléchargées tout prochainement sur ce site internet et seront imprimées en petit nombre. Elles seront disponibles en allemand, français et italien.
D'autres activités sont prévues, car naturellement, l'information est nécessaire, autant du coté des personnes concernées que de celui du personnel de la santé. Les migrantes sont souvent mal informées sur la situation juridique en Suisse en relation avec les MGF. De plus, elles ne font pas toujours le lien entre les douleurs qu'elles ressentent et leur mutilation. Elles doivent être informées des complications possibles en relation avec la maternité et l'accouchement et des questions qui peuvent survenir à ce moment.
Les brochures d'information destinées aux migrantes (brochure existante de Terre des Femmes Allemagne et France : " Nous protégeons nos filles ") doivent être adaptées aux conditions suisses et traduites en différentes langues.
Dans le cadre du sous-mandat FSSF du projet IAMANEH Migration et santé reproductive, du matériel d'information (résumé des directives et informations complémentaires sur la protection de l'enfant) sera à mis disposition des responsables de cours.
Un assortiment (en allemand) des différentes directives médicales internationales et d'autres informations se trouvve souswww.frauenrechte.de, puis " Themen ", puis " Genitalverstümmlung ".

Penelope V. Held, représentante de la FSSF au sein du groupe du travail.

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Les vaccins en question

Journée pour les professionnels de la santé et conférences tout publics
Le groupe médical de réflexion sur les vaccins organise divers événements cet automne.
- Une journée destinée aux professionnels de la santé aura lieu le jeudi 9 septembre 2004, au Centre de santé La Corbière, à Estavayer-le-Lac, de 9h00 à 17h30, avec la participation du Prof. Michel Georget, auteur du livre "Vaccinations, Les vérités indésirables" (Ed. Dangles, 2000)
Thèmes abordés : " Vaccins et génie génétique ", " Vaccinations et émergences de nouvelles maladies ". Inscription et renseignements : www.lacorbiere.ch Tél: 026 664 84 20.
- Une conférence tout public donnée par le même Michel Georget en divers endroits de Suisse romande sur le thème : "Vaccinations : les vérités indésirables ". A Neuchâtel, le 7 septembre 2004, à Yverdon le 8 septembre, à Lausanne le 10 septembre, à Sion le 13 septembre et enfin à Genève le 14 septembre. Toutes les conférences débutent à 20h. Prix d'entrée : Fr. 10.-
Pour plus d'informations : www.infovaccins.ch

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Restructurations à la FSSF

Qu'est-ce qui va changer?
Vous êtes certainement au courant : l'assemblée des déléguées réunies à Zurich en mai dernier a accepté à l'unanimité les modifications de statuts nécessaires à la mise en place du projet de restructuration des instances de la Fédération préparé par le Comité central.
Une assemblée des déléguées extraordinaire est d'ores et déjà convoquée le 2 novembre prochain pour élire les membres du comité central nouvelle formule et lancer officiellement la machine.
Ce projet de restructuration est parti du constat qu'il devenait de plus en plus difficile de trouver des membres pour le comité central (une représentante par section). Visant la professionnalisation du travail de la fédération et une optimisation de la circulation des informations, le projet prévoit de réduire le comité central, mais de lui adjoindre une aide renforcée en engageant une professionnelle pour gérer au mieux les dossiers importants et de profiter des moyens actuels de communication pour améliorer le flux des informations.
Mais qu'est-ce qui va changer, concrètement ?
Sans entrer dans tous les détails, disons que :
1) le comité central (CC), jusqu'ici composé de 13 membres, représentant chacune une section, plus la présidente centrale, sera réduit à 5 membres, élus par l'AD, choisis non plus en fonction de leur origine géographique, mais selon leur personnalité et leurs capacités professionnelle et de gestion (tout en garantissant une représentation aux minorités linguistiques, un peu comme la formule magique chère au parlement lors de l'élection du Conseil fédéral).
2) une secrétaire administrative sera engagée à temps partiel (50% ?). Son travail consistera à épauler le comité central dans toutes sortes de domaine : prise de position, information. Elle sera chargée d'exécuter ou de transmettre les décisions prises par le CC. Son cahier des charges exact sera définit cet automne.
3) Pour contrer le fait que les membres du CC ne sont plus directement des représentantes des sections et pour que l'information circule néanmoins de manière optimum, la conférence des présidentes de section se réunira 4 fois par an (au lieu de 2 fois/an). D'autre part, l'utilisation d'autres moyens d'information va être renforcée (newsletter, plus d'informations via ce journal, listes de mails, etc..)
Par ces mesures, notre fédération vise une réelle professionnalisation et une amélioration des flux d'information. Les membres, et l'ensemble de la profession, ne pourront assurément qu'en profiter !

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Episiotomie : lever le voile

Semaine Mondiale de l'Accouchement Respecté (SMAR)
L'Alliance Francophone pour l'Accouchement Respecté (AFAR), fondée en mai 2003, est un réseau francophone d'individus et d'associations impliqués dans des actions de soutien et d'information pour une humanisation de l'accouchement et de l'accueil des nouveau-nés. Son rôle consiste à faire circuler de la documentation scientifique et légale, ainsi que de soutenir de manière active les choix éclairés de tous les acteurs de la naissance.
Parmi ses premières actions, citons l'organisation de la Première Semaine Mondiale de l'Accouchement Respecté (SMAR) qui s'est déroulée du 10 au 16 mai 2004. Le thème de cette action était "L'épisiotomie est une mutilation génitale".
Un certain nombre de personnes réagissent vivement à la vue des photos d'épisiotomies... Beaucoup n'ont pas cru aux camps de déportation, à la guerre du Vietnam, aux mutilations sexuelles, jusqu'à ce que la presse ait publié des photos insoutenables des victimes. Alors, si la vision d'une vulve mutilée sans aucune raison médicale est aujourd'hui insoutenable, peut-être serait-il utile de s'informer et de travailler en amont (projets de naissance), plutôt que de garder la tête dans le sable...
Il est aujourd'hui nécessaire de prouver à toutes les personnes concernées (obstétriciens, femmes et sages-femmes entre autre) que l'épisiotomie prophylactique est un acte inutile, douloureux, et mutilatoire.
Si vous souhaitez diffuser le message, vous pouvez visiter et diffuser le lien de la page épisiotomie : http://afar.ws/episiotomie.htm
et/ou rejoindre l'association : AFAR, 2, Moulin du Pas, 47800 Roumagne, France.

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Fausse couche et vitamine C

Déficit en vitamine C montré du doigt
Des chercheurs américains ont mené une étude prospective sur 2064 femmes enceintes en Caroline du Nord, de 1995 à 1998. Celles-ci ont rempli un questionnaire sur leur alimentation pendant la grossesse. Les résultats sont clairs : les femmes dont l'apport en vitamine C était pauvre avant leur grossesse ont deux fois plus de risque d'avoir une fausse couche que les autres. Un déficit en vitamine C pendant le 2ème trimestre augmente le risque de fausse couche de 70% par rapport à une femme qui a des apports adéquats (NB : 120 à 130 mg/jour pour les femmes enceintes ou allaitantes). Si leur hypothèse se trouve corroborée par une étude plus large, les auteurs suggèrent la nécessité de développer des stratégies d'information, le régime alimentaire étant un comportement assez facilement modifiable (si besoin est par des supplémentations).
Source : Siega-Riz AM, et coll. : " Vitamin C intake and the risk of preterm delivery ", in Am J Obstet Gynecol. 2003 Aug;189(2):519-25.

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Méthode sympto-thermique

Un guide simple et clair
La Fondation Sympto-Therm à Morges vient d'éditer une brochure intitulée "Quand sexe et fertilité deviennent de bons amis ", pour promouvoir la méthode sympto-thermique de régulation des naissances.
A l'origine, cette méthode fut développée il y a 50 ans par des chercheurs catholiques, dont l'objectif était de développer une alternative naturelle aux contraceptions artificielles, interdites par l'église. Aujourd'hui, les promoteurs de la méthode mettent l'accent sur son caractère naturel mais n'ont aucun problème d'éthique avec le préservatif par exemple.
"Sympto-thermique" veut dire que la courbe de la température ("thermique") est toujours interprétée en relation avec les autres signes ("symptômes") de fertilité. L'observation combinée de la température et de la glaire cervicale, principal signe de fertilité, ainsi que l'autopalpation du col de l'utérus permettent au couple de déterminer de manière simple et sûre les phases fertiles et non fertiles du cycle féminin, que ce soit dans le but d'optimiser les chances d'avoir un enfant ou comme moyen de contraception naturel.
Cette brochure a été conçue pour servir de guide à l'utilisation du Bioself, un instrument de précision développé en Suisse et qui sert d'indicateur de fertilité, mais peut aussi jouer le rôle d'introduction à la méthode.
La brochure peut-être commandée au 021 802 44 18 ou info@symptotherm.ch
(fr.10.-/pièce). Pour toute information complémentaire sur la méthode : www.symptotherm.ch

FSSF, Fabiène Gogniat


 

La GB contre les césariennes

Directives contre les césariennes sur demande au Royaume-Uni
Au Royaume-Uni, où le taux de césarienne ne cesse d'augmenter depuis 25 ans, variant actuellement entre 18 et 25% selon les années (21.5% en 2001), environ 7% d'entre elles sont le résultat d'une demande maternelle.
Une nouvelle directive officielle, publiée par le National Collaborating Centre for Women's and Children's Health, demande aux médecins de refuser de prime abord les demandes maternelles et de conseiller les femmes en comparant en détail (en se basant sur des études documentées) les avantages et les inconvénients d'une césarienne et d'une naissance par voie basse.
Ces directives sont accessibles sous www.rcog.org.uk
ou www.nice.org.uk

Source : BMJ 2004; 328: 1031.

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Recherche épidémiologique

Pas de risque accru de cancer du sein après une IVG
Une collaboration internationale a permis de reprendre les données de 53 études épidémiologiques entreprises dans 16 pays et regroupant 44'000 femmes ayant eu un cancer du sein. Les résultats de cette étude montrent qu'il n'y a pas augmentation du risque d'avoir un cancer du sein après une grossesse s'étant terminée par une fausse couche ou une IVG.
Source : The Lancet 2004; 363: 1007-16.

FSSF, Fabiène Gogniat