5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138
Page 139
Page 140
Page 141
Page 142
Page 143

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

20.12.2005  Assemblée des déléguées ICM 2005 (Brisbane, Australie)
06.12.2005  Congrès SAGO 2004 à Cotonou (Bénin)
06.12.2005  Assemblée des déléguées ICM 2005
06.12.2005  Pour les nausées: le gingembre est sans risque !
06.12.2005  Le confort : pour qui ?
06.12.2005  Une politique familiale est payante
06.12.2005  Rêves de famille nombreuse
06.12.2005  « Secouer peut tuer »

 

continuer Assemblée des déléguées ICM 2005 (Brisbane, Australie)

La Confédération internationale des sages-femmes (ICM) représente plus de 500'000 sages-femmes. Son dernier Congrès a eu lieu en juillet 2005 en Australie. Il a été précédé d'une assemblée de 117 déléguées venant de près de 50 pays.
En quatre jours, les déléguées ont dû examiner un "ordre du jour" de cinq pages. La partie statutaire a pris beaucoup de temps : il a fallu discuter et trouver des solutions à des questions juridiques, financières et terminologiques. Judi Brown (Australie) et Bridget Lynch (Canada) ont été les nouvelles élues, respectivement comme directrice et vice-directrice. Franka Cadee (Pays-Bas) a été choisie comme caissière.


 

continuer Congrès SAGO 2004 à Cotonou (Bénin)

En décembre 2004, Ruth Brauen a participé au 8e Congrès de la SAGO (Société africaine de gynécologie et obstétrique) à Cotonou (Bénin) en tant que représentante régionale. Compte rendu pour l'ICM et la FSSF.
L'initiative mondiale de la FIGO et l'ICM pour la prévention de l'hémorragie du post-partum (HPP) a été lancée le lundi 13 décembre 2004, pour la région de l'Afrique de l'Ouest. La Division de la Santé familiale et génésique de l'OMS/AFRO a aussi présenté la feuille de route: L'Union africaine s'engage à accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.


 

continuer Assemblée des déléguées ICM 2005

Le dernier Congrès ICM a eu lieu en juillet 2005 en Australie. Il a été précédé d'une assemblée de 117 déléguées venant de près de 50 pays. Jocelyne Bonnet (Genève) et Penny Held (Bâle) y ont représenté la FSSF.
Depuis sa fondation en 1919, la Confédération internationale des sages-femmes (ICM) défend les demandes des sages-femmes venant du monde entier et s'engage sur la scène internationale en faveur de la santé des femmes enceintes et de leur famille. Elle représente plus de 500'000 sages-femmes venant de tous les pays. Tous les trois ans, elle tient un congrès international.

En quatre jours, les déléguées ont dû examiner un ordre du jour de cinq pages. La partie statutaire a pris beaucoup de temps : il a fallu discuter et trouver des solutions à des questions juridiques, financières et terminologiques. Judi Brown (Australie) et Bridget Lynch (Canada) ont été les nouvelles élues, respectivement comme directrice et vice-directrice. Franka Cadee (Pays-Bas) a été choisie comme caissière.


 

Pour les nausées: le gingembre est sans risque !

Les résultats d'une revue systématique d'essais cliniques et d'études d'observation indiquent que le rhizome de gingembre soulage les nausées et les vomissements de la grossesse sans causer d'effets indésirables.
Les nausées de la grossesse affectent de 70 à 85% des femmes enceintes et, chez près de la moitié d'entre elles, elles s'accompagnent de vomissements. Or, les antiémétiques peuvent avoir des effets tératogènes.

Des chercheurs italiens et britanniques viennent de publier les résultats d'une revue systématique qui confirment cet usage traditionnel. Dans quatre essais cliniques à double insu menés auprès de 246 femmes enceintes, le gingembre s'est avéré plus efficace qu'un placebo pour prévenir les nausées et les vomissements durant la grossesse. Les résultats de deux essais comparatifs ayant porté sur 429 sujets indiquent qu'il est aussi efficace que la pyridoxine (vitamine B6), un antiémétique classique prescrit sous ordonnance aux femmes enceintes. Dans tous ces essais, aucun effet tératogène n'a été associé au gingembre.

On recommande généralement aux femmes enceintes de s'en tenir à 2 g. de gingembre séché par jour ou à 10 g. de gingembre frais, soit une tranche de rhizome d'env. 6 à 7 mm d'épaisseur.

Source : Pierre Lefrançois, PasseportSanté.net, Actualités du 19 avril 2005.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Le confort : pour qui ?

La sociologue française Danièle Carricaburu étudie l'évolution des mentalités professionnelles dans plusieurs maternités, plus précisément le recours au déclenchement, le travail dirigé, l'analgésie péridurale et la césarienne prophylactique.
Pour cela, elle a analysé des dossiers, observé des réunions ainsi que des interventions en salle de naissance, mené une soixantaine d'entretiens auprès de sages-femmes, d'obstétriciens, de pédiatres et d'anesthésistes.

Danièle Carricaburu oppose deux formes de rationalisation - l'une formelle, l'autre matérielle - qu'elle illustre par de nombreux extraits d'entretien. Et elle conclut : « Initialement conçues pour pallier les difficultés du processus de mise au monde, pour réduire les risques de complication pour la mère et le bébé au moment de l'accouchement, (les techniques d'aide à l'accouchement) sont censées être mobilisées au nom d'une rationalisation formelle : à tel risque correspond telle technique. Pourtant, il ressort de l'enquête menée que ces techniques peuvent être détournées pour gérer l'incertitude temporelle de l'accouchement et améliorer le confort des professionnels, leur recours relève alors davantage d'une rationalisation matérielle, liée aux conditions dans lesquelles les professionnels exercent. » (p. 260)


 

Une politique familiale est payante

Le Conseil fédéral considère qu'il faut pouvoir conciliation vie professionnelle et vie familiale. Mais, il pense que le développement de politiques d'entreprise favorables à la famille relève de l'initiative des entreprises.
Montrant l'exemple, le Département fédéral de l'économie s'est joint à une initiative privée (intitulée « Beruf und Familie ») pour mesurer les coûts-bénéfices d'une telle politique. Tout en restant très prudente, cette analyse, qui a été réalisée par Prognos-Bâle et a été publiée fin octobre 2005, fait ressortir un retour sur investissement d'au moins 8%. Elle suggère diverses mesures pour concilier vies professionnelle et familiale :
- Réservation de places dans des crèches et garderies
- Contribution financière aux frais de garde
- Congé pour les mères au-delà du congé de maternité légal
- Congé de paternité
- Travail à temps partiel échelonné
- Télétravail

C'est ainsi qu'une fluctuation moindre du personnel a, pour l'entreprise, des effets positifs. Deux exemples parmi d'autres :
- Quand le nombre de mères réintégrant l'entreprise après la naissance d'un enfant grandit, celle-ci économise sur les coûts liés au repourvoiement des postes puisqu'elle évite le recrutement externe.
- Quand l'entreprise multiplie les temps partiels, elle diminue les coûts d'un personnel de remplacement.
D'autres facteurs n'ont pas été pris en compte, parce que difficilement quantifiables : il s'agit avant tout des conséquences bénéfiques sur la motivation, sur la loyauté et sur la disponibilité des salariés, mais aussi de l'attractivité de l'entreprise et de sa renommée auprès des consommateurs ou usagers.

Source : Dossier de presse du seco, 31 octobre 2005.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Rêves de famille nombreuse

Les Françaises mères de bébés âgés de 0 à 24 mois rêveraient d'avoir 3 ou 4 enfants. C'est ce que révèle une enquête de la Sofres auprès d'un millier de jeunes mères interviewées au printemps dernier.
Ces mêmes mères n'ont (ou n'auront) effectivement que 2 ou 3 enfants. Pourquoi ce décalage ? L'enquête indique que ce sont principalement (59%) des questions d'argent qui entrent en jeu : le chômage, la précarité. « Et puis, un seul revenu, cela ne suffit pas », ajoute une majorité de mères. C'est aussi (29%) l'ambiance de peur qui règne actuellement : guerres, pollution, insécurité, etc. C'est encore l'obligation de se contenter d'un logement trop petit, mal adapté (24%), ou encore une revendication de choix professionnel ou de carrière (16%). C'est parfois un problème de garde ou de santé de la mère (11%), ou bien l'âge de la mère (9%), ou encore l'avis du père qui considère que la famille a déjà atteint sa taille idéale (8%). Entrent peu en ligne de compte : le changement de la voiture (5%), le financement d'études (2%) ou l'envie de profiter de la vie en dehors des enfants (2%).

Que faire ?
Ces mamans plaident pour une politique familiale plus incitative (revalorisation des allocations familiales, aides au logement et à la garde) et pour une meilleure reconnaissance de la mère dans le monde du travail (horaires aménagés, progression salariale, formations continues).

Source : Communiqué Sofres du 7 juin 2005.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

« Secouer peut tuer »

Pour la première fois en France, une campagne grand public tente de sensibiliser sur les dangers de secouer les bébés.
A partir du 6 octobre 2005, des plaquettes de prévention, illustrées par le dessinateur belge Philippe Geluck et son célèbre chat, seront distribuées aux nouveaux parents. Des posters seront apposés dans les cabinets médicaux, les salles d'attente des consultations gynécologiques et pédiatriques, les crèches et les pharmacies.
Une enquête réalisée auprès de 303 parturientes a montré que 39% des femmes n'ont jusqu'ici jamais entendu parler du syndrome du bébé secoué.
En mars 2006, un forum sur le sujet sera organisé. Cette campagne de prévention, la première de cette envergure, sera également évaluée et une étude de suivi de cohorte est prévue à long terme.

Source : Dr. Lydia Archimède, Le Quotidien du Médecin du 5 octobre 2005

Autres informations: http://www.crftc.org

SHV/FSSF, Josianne Bodart