5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

05.04.2005  Nouvelle tendance: Jumeaux de convenance
05.04.2005  Pollution atmosphérique à New York
05.04.2005  Huit millions de nouveaux-nés meurent chaque
05.04.2005  France: Le congé de paternité est un succès
07.03.2005  Prix Isabelle Sauvin 2006
09.02.2005  Assurance qualité
23.06.2004  Assurance-maternité:
23.06.2004  Recherche

 

Nouvelle tendance: Jumeaux de convenance

De plus en plus de femmes demandent l'implantation de jumeaux. En 2004, à Londres, jusqu'à 10% des demandes de procréation assistée venaient de femmes souhaitant fonder subitement toute une famille... en ayant « deux enfants d'un coup ».
Ces femmes, souvent jeunes, semblent vouloir faire l'économie de grossesses successives grâce à des grossesses multiples. Elles espèrent ainsi réduire l'interruption de leur carrière professionnelle. Certaines ont peur d'être déjà trop âgées pour concevoir sans assistance. D'autres craignent de concevoir plus tard avec de grandes difficultés.

Les médecins londoniens disent ne pas conseiller ces grossesses gémellaires. Ils rappellent les risques des grossesses multiples (prématurité, mort foetale, paralysie cérébrale). Mais, en cas de traitement contre la stérilité, il est habituel d'implanter plus d'un embryon pour améliorer les chances d'une grossesse aboutie. Les experts de la bio-éthique (« The Human Fertilisation and Embryology Authority ») ne s'en offusquent pas. Ils précisent: « Le Code en vigueur autorise l'implantation de deux embryons. Les gens font ce qu'ils veulent de leur corps. »

Source: Times on line, 27 février 2005

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Pollution atmosphérique à New York

L'équipe du Dr. Frederica P. Perera, directrice du Centre Columbia (plus précisément le « Columbia Centre for Children's Environnmental Health ») de New York, publie les résultats d'une étude sur les effets de l'exposition à la pollution atmosphérique.
Ce sont les émissions des pots d'échappement des voitures, des transports publics ou des camions, chauffage urbain, etc. qui sont mises en cause. La santé de soixante nouveaux-nés a été évaluée; leurs mères étaient non fumeuses. On sait que les hydrocarbures (plus précisément les PAH, en anglais « polycyclic aromatic hydrocarbons » ou en français « hydrocarbures polycycliques aromatiques ») sont des polluants cancérigènes et qu'ils peuvent traverser la barrière placentaire. Ils ont été mesurés durant le premier trimestre de grossesse par des appareils de détection que portaient les mères. Celles-ci ont aussi remplis un questionnaire personnalisé. A l'accouchement, un peu de sang du cordon ombilical a été récupéré et analysé.

Pour la première fois, il a été montré que les polluants mentionnés pouvaient altérer les chromosomes in utero. Ces anomalies sont faibles, mais stables et persistantes, ce qui constitue un facteur de risque de cancer. Les chercheurs veulent aussi attirer l'attention des pouvoirs publics sur la nécessité de nouvelles actions de lutte contre la pollution et de prévention.
 
Source: Cancer Epidemiology Biomarkers & Prevention, février 2005

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Huit millions de nouveaux-nés meurent chaque

Une série d'articles publiés dans le Lancet est consacrée à la santé néonatale dans le monde.
Il apparaît que quatre millions d'enfants meurent chaque année avant leur naissance et autant dans le courant du premier mois suivant leur naissance. Les auteurs ajoutent que, dans les trois quarts des cas de morts foetales, les décès pourraient être évités par des moyens peu coûteux et de faible technicité. Environ 450 nouveau-nés de moins de 4 semaines meurent chaque heure dans le monde, la plupart de causes évitables. Ces décès pendant la période néonatale représentent le double des décès liés au VIH/SIDA. Ils sont étroitement liés à des situations économiques handicapantes, puisque 99 % dentre eux surviennent dans des pays pauvres. Toutefois, les recherches dans ce domaine concernent presque exclusivement le pour-cent des enfants mort-nés dans les pays riches.

Source : Lancet, mars 2005

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

France: Le congé de paternité est un succès

Depuis le 1er janvier 2002, les pères peuvent demander un congé de paternité (11 jours consécutifs dans les quatre mois suivant la naissance ou 18 jours en cas de naissances multiples).
Une enquête auprès d'un millier de mères révèle que les futurs pères sont très demandeurs: 95% des pères ont décidé eux-mêmes de prendre ce congé, contre 5% seulement ayant été incité à le faire par leurs conjointes. 72% des pères prennent leur congé paternité au cours du premier mois du nouveau-né et 30% d'entre eux utilisent ce congé tout de suite après l'accouchement. Par ailleurs, il faut bannir l'idée reçue selon laquelle l'employeur est par principe réfractaire au congé de paternité, puisqu'ils sont 76% à très bien accepter ce congé, 18% à bien accepter, contre uniquement 6% des employeurs à le refuser aux nouveaux pères.

Source: Sofres, 2004.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Prix Isabelle Sauvin 2006

Tous les cercles de qualité FSSF sont appelés à déposer leurs documents de travail, jusqu'au 30 septembre 2005, pour le Prix Isabelle Sauvin, lequel récompense tous les trois ans les trois meilleurs travaux écrits en matière de cercles de qualité.
Les prix d'un montant de Fr. 1000,- chacun seront remis lors de l'Assemblée des déléguées 2006 à Montreux.

De plus amples informations ainsi que des détails sur les conditions de participation sont disponibles dans le classeur qualité des sages-femmes indépendantes ainsi que sur le site www.hebamme.ch/de/heb/qm/qzirkel.cfm

Prière d'envoyer trois exemplaires du document de travail à

Ursula Klein Remane
Chargée de la qualité
Hinterdorfstr. 18 b
8157 Dielsdorf.

Renseignements: u.kleinremane@bluewin.ch, Tél. 043 422 03 70

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Assurance qualité

Toujours plus d'informations sur l'assurance qualité - comment garder une vue d'ensemble?
Afin de faciliter une vue d'ensemble des projets de qualité à nos membres, nous avons assemblé toutes nos informations écrites sur l'assurance qualité de manière à pouvoir les ranger dans un classeur. Lors de l'introduction d'un nouveau projet, toutes les sages-femmes - ou, selon les thèmes, seulement les indépendantes - recevront par la poste des informations ou des formulaires qui pourront être insérés dans ce classeur. Il y aura également un chapitre d'introduction à la politique qualité de la Fédération et un sommaire constamment réactualisé. Tous les documents pour le classeur qualité peuvent être imprimés.

Autres informations: Documents pour le classeur qualité

SHV/FSSF, Christine Rieben


 

Assurance-maternité:

Oui le 26 septembre 2004
Les Chambres ont approuvé, en octobre dernier, l'introduction d'un congé maternité payé dans toute la Suisse. L'Union Démocratique du Centre (UDC) a lancé un référendum contre ce projet et le peuple est donc appelé à se prononcer en votation populaire le 26 septembre 2004.
Bien que le principe d'une assurance-maternité soit inscrit dans la Constitution depuis bientôt 60 ans, seul le canton de Genève l'a récemment mis en application. Ailleurs en Suisse, certaines femmes se retrouvent encore sans salaire durant les 8 semaines d'interdiction de travail après l'accouchement. Pour une fois, syndicats, associations patronales et partis (à l'exception de l'UDC) sont unis et soutiennent cette révision.
Il s'agit d'une révision de la loi sur les allocations pour perte de gain (APG). Toutes les personnes qui travaillent en Suisse (hommes et femmes) cotisent à l'APG qui assure un revenu aux militaires en service. Cette loi a été modifiée afin d'assurer aux femmes qui travaillent (salariées, indépendantes, chômeuses), une indemnité - représentant 80% du salaire - durant les 14 semaines qui suivent l'accouchement. Les bénéficiaires devront avoir cotisé à l'AVS durant les 9 mois qui précèdent l'accouchement et exercé une activité lucrative durant 5 mois pendant la même période. Cette loi est modeste, mais elle apportera une amélioration substantielle pour de très nombreuses femmes. La Suisse est le dernier pays d'Europe à ne pas avoir d'assurance maternité et la loi proposée correspond au minimum requis par l'Union européenne. La loi fédérale ne prévoit pas d'indemnité en cas d'adoption.
Chaque personne qui travaille en Suisse cotise à l'APG dont la fortune est considérable et permettra d'assurer les prestations jusqu'en 2008 au moins. Ensuite, une cotisation complémentaire pourra être prélevée sur le salaire (environ 0,2%).
La loi fédérale impliquera une modification du Code des Obligations (CO) : le droit au congé maternité sera de 14 semaines au minimum et ne dépendra plus des années de service; le CO ne permettra plus de réduire le droit aux vacances d'une femme en congé maternité et, en cas de maladie la même année, de réduire le versement de son salaire.
L'assurance maternité est une question d'égalité car son introduction permet de supprimer la discrimination à l'embauche des femmes, dès lors que les entreprises cotisent de la même manière pour un homme que pour une femme. Il sera ainsi possible d'engager des remplaçant-e-s puisque le salaire sera assuré pendant le congé maternité.
Pour plus d'informations : www.maternite.ch/maternite/

Source : Dépliant du Comité genevois pour une véritable assurance maternité

FSSF, Fabiène Gogniat


 

Recherche

Hypothermie locale en cas d'hypoxie périnatale
Le refroidissement du cerveau peut réduire le risque de dommages cérébraux chez le bébés ayant souffert d'un manque d'oxygène à la naissance.
Des tests internationaux menés par des chercheurs du University College London Hospital (UCLH) avec une sorte de bonnet refroidissant ont donné des résultats très prometteurs.
L'équipe a découvert que les dommages au cerveau ne surgissent pas immédiatement après le manque d'oxygène. Le dommage lui-même est la conséquence de toute une série de réactions chimiques. Jusqu'à l'apparition de dommages permanents, plusieurs heures s'écoulent. Théoriquement, il devrait donc être possible de bloquer cette réaction chimique en chaîne et de réduire les dommages permanents.
La réduction de la température du cerveau apparaît comme une possibilité d'obtenir cet effet. De précédentes études ont montré qu'une diminution de 3 à 4 degrés semble déjà interrompre de nombreuses réactions chimiques. L'équipe du UCLH a développé, avec des collègues de Nouvelle-Zélande, de Bristol et Seattle, une sorte de bonnet refroidissant contenant de l'eau froide. En tout, 234 bébés du monde entier ont pris part aux tests. Une moitié a été traitée avec le bonnet et l'autre moitié a reçu les soins intensifs médicaux standards.
Le premier groupe a été traité pendant 72 heures avec le bonnet refroidissant, puis a été nouveau réchauffé et a reçu le traitement standard. Les deux groupes ont été suivis pendant 18 mois et examinés par des médecins qui ne savaient pas à quel groupe l'enfant appartenait. L'utilisation du bonnet refroidissant a diminué le risque de mortalité, de même que le danger d'un handicap lourd. Le nombre de paralysie cérébrale infantile a diminué de moitié dans le 1er groupe. Selon le test néanmoins, le bonnet n'est pas approprié au traitement des dommages les plus lourds : les 20 pour-cent des enfants les plus sévèrement touchés n'ont en effet pas répondu au traitement.
Le traitement semble pouvoir commencer jusqu'à 6 heures après la naissance. Des indices montrent toutefois qu'un traitement ultérieur pourrait aussi être efficace.

Source : www.tellmed.ch

FSSF, Fabiène Gogniat