5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

06.12.2005  Autour des naissances difficiles
06.12.2005  Analyse des besoins en sages-femmes en Suisse
02.11.2005  La fumée passive est nocive pour la fertilité
02.11.2005  Première doula romande
02.11.2005  Des offres de formation continue
17.10.2005  Exposition sur le thème de la vaccination
17.10.2005  Publications
04.10.2005  « The Lancet » met en cause l'homéopathie

 

Autour des naissances difficiles

Les Hôpitaux Universitaires de Genève organiseront les 18 et 19 mai 2006 deux journées de périnatalité sur le thème « Travailler ensemble autour des naissances difficiles : un défi pour les professionnels de la périnatalité ».
La pédopsychiatre Françoise Molénat sera présente tout au long de ces journées pour réguler les échanges entre le public et l'équipe pluridisciplinaire lors des présentations cliniques. Celles-ci concerneront soit l'annonce d'une mauvaise nouvelle, soit une situation psychosociale complexe. A vos agendas pour réserver d'ores et déjà ces dates !

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Analyse des besoins en sages-femmes en Suisse

Sur mandat de la Fédération suisse des sages-femmes (FSSF), des étudiants de la Haute école de Saint-Gall - Technique, Economie et Travail social (FHS) ont réalisé une analyse des besoins* en sages-femmes en Suisse dans les 10 prochaines années.
La préoccupation centrale de cette étude est la suivante : combien de sages-femmes faut-il former entre 2005 et 2012 pour que les besoins en sages-femmes soient couverts jusqu'en 2015 ?

Méthodes
Les étudiants ont travaillé, d'une part, sur la base d'un questionnaire écrit. Pour cela, ils ont procédé par le biais de questionnaires individuels, en allemand et en français, adressés aux sages-femmes hospitalières, aux sages-femmes des maisons de naissance ainsi qu'aux sages-femmes indépendantes. En tout, ils ont envoyé ces questionnaires à 309 sages-femmes tirées au sort.
D'autre part, les étudiants ont réalisé un sondage qualitatif par téléphone auprès de 20 personnes expertes dans les domaines du travail indépendant, de la formation et des maisons de naissance.


 

La fumée passive est nocive pour la fertilité

Une équipe de chercheurs canadiens de l'Ontario ont examiné le parcours de 225 femmes ayant vécu une fécondation in vitro : 39 étaient des fumeuses actives, 40 étaient exposées passivement à la fumée et 146 étaient non-fumeuses.
Aucune différence n'a été constatée dans la qualité des embryons. En revanche, par transfert d'embryon, le taux d'implantation est de 25% pour les non-fumeuses (contre 12% pour les fumeuses actives et 13% pour les fumeuses passives) et le taux de grossesse est de 48% pour les non-fumeuses (contre 19% pour les fumeuses actives et 20% pour les fumeuses passives).

Source : Michael S. Neal et al. : Sidestream smoking is equally as damaging as mainstream smoking on IVF outcomes, Human Reproduction, septembre 2005, n. 20, 2531-2535.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Première doula romande

Elena Piantino, première doula de Suisse romande, sait la solitude de la jeune femme arrivant à la maternité : « Elle ne connaît personne, et le tournus du personnel médical ne lui permet pas d'être accompagnée par la même sage-femme du début à la fin ».
« Quand j'étais enceinte, j'aurais aimé avoir un soutien. C'est une des raisons pour lesquelles je suis devenue doula. » Elena Piantino a mis sur pied le premier cours de formation de doulas en Romandie, qui a enregistré neuf inscriptions. Parallèlement, treize mamans participent à la session alémanique de 2005. Malgré cet intérêt, le cours alémanique ne sera reconduit qu'en 2007, car le nombre de doulas est pour linstant supérieur à la demande : « Ce service n'est pas encore bien connu en Suisse », explique Ursina Rawyler, doula dans région bernoise.

En 2004, seules vingt femmes ont fait appel à une doula, dont les services (au moins deux visites prénatales, la présence à l'accouchement et une visite postnatale pour un prix forfaitaire de 800 francs) ne sont pas remboursés par les caisses maladie. « Nous avons pour objectif d'assister au moins deux cents grossesses par an d'ici à 2010, ce qui sera toujours très peu par rapport aux nombre total des naissances » (quelque 70'000 par an pour tout le pays), ajoute Ursina Rawyler.

Source : Sandra Porchet, « Profession : amie des mamans », Le Temps, 26 septembre 2005, p. 32.

Autres informations: http://www.doula.ch

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Des offres de formation continue

Le centre « Espace Compétences SA - Formations socio-sanitaires » ouvrira ses portes le 3 janvier 2006, route du Grandvaux 14, 1096 Cully. Des offres pour sages-femmes sont prévues.
Né de la fusion du CREP-ASI, de H+ Formation et de lIRSP, eux-mêmes fondés par leur association respective (Association suisse des infirmières, H+ Les Hôpitaux de Suisse et la Croix-rouge suisse), Espace Compétences est la concrétisation d'un projet ambitieux s'appuyant sur l'expertise reconnue de ces trois centres. Par cette union, grâce aux synergies et à leur complémentarité, Espace Compétences maintient non seulement les offres actuelles mais développera, dans le secteur socio-sanitaire, une palette de cours unique pour la Suisse romande et le Tessin.


 

continuer Exposition sur le thème de la vaccination

Attention, virus!
Exposition sur le thème de la vaccination en Suisse et dans le monde entier, à la Käfigturm de Berne.
accompagnée d'une exposition photographique "The End of Polio" de Sebastião Salgado


 

continuer Publications

Nouvelle publication du seco sur le thème: Maternité - Protection des travailleuses (Mutterschaft - Schutz der Arbeitnehmerinnen)


 

« The Lancet » met en cause l'homéopathie

Un article sur l'effet placebo de l'homéopathie relance le débat
Avant la publication, en avril 2005, de l'étude sur l'homéopathie du professeur de médecine Matthias Egger de l'Université de Berne, la Société Suisse des Médecins Homéopathes (SSMH) avait déjà relevé ouvertement les graves lacunes de ce travail, tant au niveau du contenu que sur le fond. Le design de l'étude ne tient pas compte des spécificités de l'homéopathie. La conclusion, qui se base sur les résultats de l'étude, selon laquelle l'homéopathie n'agirait pas mieux qu'un placebo, est infondée.

Dans son édition du 27 août 2005, "The Lancet", la revue spécialisée médicale britannique, annonce "la fin de l'homéopathie". Cette affirmation se fonde sur les résultats de l'étude effectuée dans le cadre du Programme d'évaluation des médecines complémentaires (PEK). C'est sans doute un projet de rapport de l'OMS, récemment mis au jour, et qui donne à l'homéopathie un bon certificat, qui a incité le Lancet à une telle publication. Pour des raisons idéologiques, nombre de chercheurs réfutent le fait que l'homéopathie guérit. Ils étayent leur position défensive avec l'argument que l'efficacité de l'homéopathie ne peut être que difficilement prouvée par les méthodes de recherches classiques.

La SSMH exige une meilleure collaboration entre médecine classique et médecine homéopathique. Ces guerres de tranchées idéologiques entravent les progrès de la médecine. Dans l'intérêt même des patients, il convient que le médecin puisse choisir la méthode qui permettra le traitement le plus efficace.

Source : Communiqué de presse de la SSMH du 28 août 2005.

SHV/FSSF, Josianne Bodart