5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités":
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22
Page 23
Page 24
Page 25
Page 26
Page 27
Page 28
Page 29
Page 30
Page 31
Page 32
Page 33
Page 34
Page 35
Page 36
Page 37
Page 38
Page 39
Page 40
Page 41
Page 42
Page 43
Page 44
Page 45
Page 46
Page 47
Page 48
Page 49
Page 50
Page 51
Page 52
Page 53
Page 54
Page 55
Page 56
Page 57
Page 58
Page 59
Page 60
Page 61
Page 62
Page 63
Page 64
Page 65
Page 66
Page 67
Page 68
Page 69
Page 70
Page 71
Page 72
Page 73
Page 74
Page 75
Page 76
Page 77
Page 78
Page 79
Page 80
Page 81
Page 82
Page 83
Page 84
Page 85
Page 86
Page 87
Page 88
Page 89
Page 90
Page 91
Page 92
Page 93
Page 94
Page 95
Page 96
Page 97
Page 98
Page 99
Page 100
Page 101
Page 102
Page 103
Page 104
Page 105
Page 106
Page 107
Page 108
Page 109
Page 110
Page 111
Page 112
Page 113
Page 114
Page 115
Page 116
Page 117
Page 118
Page 119
Page 120
Page 121
Page 122
Page 123
Page 124
Page 125
Page 126
Page 127
Page 128
Page 129
Page 130
Page 131
Page 132
Page 133
Page 134
Page 135
Page 136
Page 137
Page 138

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

30.01.2006  Suisse 2000: Seulement 1,5 enfant par femme
30.01.2006  Post-partum: pourquoi pas une affaire de couple ?
30.01.2006  Un CD pour accompagner les migrantes
09.01.2006  Que faire pour obtenir le titre d'Ecole supérieure (ES) ?
09.01.2006  Première enquête de satisfaction
09.01.2006  Aux Pays-Bas, qui accouche à domicile ?
09.01.2006  Césariennes: entre indications et complications
09.01.2006  Partir en mission à l'étranger ? www.ppun.fr

 

Suisse 2000: Seulement 1,5 enfant par femme

Savez-vous que le niveau de fécondité varie en fonction de la profession apprise ? Soit 0,9 enfant pour les cadres moyens supérieurs; 2,62 pour les agricultrices; 1,66 pour les éducatrices de la petite enfance; 1,84 pour les sages-femmes.
Une nouvelle publication de l'Office fédéral de la statistique met en évidence les caractéristiques propres de la Suisse par rapport à l'Europe : une fécondité faible, un âge moyen de la mère à la naissance de son premier enfant le plus élevé d'Europe et une proportion de naissances hors mariage moindre. En Suisse, la fécondité atteint des niveaux alarmants et le nombre moyen d'enfants par femme ne permet plus le renouvellement de la population.

Derrière le chiffre national moyen de 1 ,5 enfant par femme se cachent pourtant des disparités entre différents groupes de femmes. La diminution du niveau de fécondité touche principalement les groupes qui connaissaient jusqu'ici une fécondité relativement forte, comme les femmes vivant en zone rurale, les femmes de faible niveau de formation ou les femmes de certaines communautés migrantes. Depuis les années 1980, elles tendent à rejoindre le comportement des femmes urbaines ou de formation élevée, qui n'a que peu varié.

La fécondité évolue aussi selon les générations et le tournant pris par les femmes nées durant les années 1950 semble se poursuivre. Enfin, la proportion de femmes restant sans enfant augmente. Autant de signes qui ne plaident pas en faveur d'un renversement des tendances actuelles en matière de fécondité.

Source : «Facteurs influençant le comportement reproductif des Suissesses et des Suisses» par Philippe Wanner et Peng Fei, 81 pages, 20 francs suisses.
A commander par téléphone au 032 713 60 60 ou par courriel : order@bfs.admin.ch

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Post-partum: pourquoi pas une affaire de couple ?

L'ethnologue Caroline Hirt a analysé 60 témoignages de femmes s'exprimant sur des forums de discussion sur Internet et a réalisé 4 entretiens approfondis. Elle tente de comprendre les difficultés de reprise de la vie sexuelle après l'accouchement.
« La norme repose dans les récits des femmes sur la conjonction de deux 'scripts' inculqués, socialisés et intériorisés. Le premier tient de l'idéologie d'un corps stable, a-historique et a-social et postule, après la consultation postnatale, un corps rétabli dont les douleurs sont absentes, qui fonctionne 'normalement', ainsi qu'un corps à nouveau sexuellement accessible. Le second relève de l'idéologie de la bonne maman, bonne ménagère et bonne amante et met en avant, après l'accouchement, une gestion 'équilibrée' des rôles et tâches de ces différentes identités.
Or ce qui ressort des narrations des femmes est que le problème réside précisément dans cette norme (et par là même contribue à la renforcer) et dans le fait que ce qu'elles expérimentent tant au niveau physique, psychique que relationnel ne correspond pas au script de ce qu'elles devraient être et de ce qu'elles devraient ressentir et le sentiment d'aliénation que cela implique.
(...) Qu'il s'agisse des rapports sexuels douloureux, de l'absence de plaisir ou de la fatigue, les femmes ne s'affranchissent pas des causes physiques, psychiques et individuelles : la baisse ou absence de désir sexuel après l'accouchement, en dernier lieu, est vécue et présentée dans leurs récits comme venant et dépendant d'elles seules » (p. 83).

Source : « La baisse ou absence de désir sexuel après l'accouchement : analyse de la construction d'un problème social », par Caroline Hirt, université de Neuchâtel, octobre 2005

Autres informations: http://www.unine-ch/ethno

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

continuer Un CD pour accompagner les migrantes

La FSSF édite un CD avec un matériel de cours en 14 langues, adapté aux besoins de groupes de PAN pour les migrantes, ainsi que des informations sur des sujets spécifiques à l'intention des animatrices de cours, dans les 3 langues nationales.
Nous espérons susciter tout votre intérêt avec ce CD : il vous amènera beaucoup d'éléments utiles pour une animation de cours de préparation à la naissance adaptée aux besoins des migrantes et de leurs familles. Vous pouvez vous procurer dès maintenant ce matériel de cours pratique et bien illustré !

IAMANEH Suisse soutient déjà depuis 1999 le projet-pilote "Préparation à la naissance pour les migrantes" à Renens près de Lausanne. Eliane Schnabel est la responsable de ce projet. Elle a mis à disposition son matériel pour la préparation à la naissance, qu'elle avait testé dans ses cours à Renens. Les documents et planches ont été revues et mises en forme avec l'aide de quelques sages-femmes et de la graphiste Anne Monard et adaptées au contenu de la brochure «être enceinte, devenir mère». Elles ont été ensuite traduites dans les langues suivantes: allemand, français, italien, anglais, albanais, turc, croate avec adaptations pour les personnes de langue serbe et bosniaque, tamoul, espagnol, portugais, arabe, somali, russe et thaï.


 

continuer Que faire pour obtenir le titre d'Ecole supérieure (ES) ?

Sur présentation de leur diplôme original, les sages-femmes diplômées peuvent désormais recevoir une reconnaissance ES. L'OFFT donne des informations. Voir : http://www.bbt.admin.ch/berufsbi/hoehere/hf/f/index.htm
A quoi sert l'équivalence avec le titre ES selon les dispositions transitoires (Article 23, paragr. 4) ? Voir : www.admin.ch/ch/d/sr/412_101_61/index.html
- Les personnes qui, selon les dispositions transitoires sont autorisées à porter le titre ES, peuvent immédiatement ajouter « ES » à « diplômée ». Le fait de porter le titre ES assure une intégration dans le système de formation actuel. La titulaire suit alors le descriptif professionnel protégé par la loi en vigueur. Les anciens titres restent également protégés.
- L'OFFT règlera plus tard la conversion du titre ES du domaine Santé en un titre HES.
Pour en savoir plus : www.bbt.admin.ch/fachhoch/die_fh/angebot/f/titelmerkblatt.pdf


 

continuer Première enquête de satisfaction

En 2006, la FSSF réalisera la première enquête de satisfaction auprès des clientes des sages-femmes indépendantes.
Ce sera l'occasion de se demander non seulement à quel point les femmes sont contentes des prestations des sages-femmes, mais également dans quelle mesure elles ont été informées sur différents thèmes. Nous aimerions aussi savoir à quelle fréquence certaines situations sont prises en considération (par exemple, informations contradictoires données durant le post-partum à l'hôpital et à domicile).
Nous voulons aussi collecter des informations pour savoir dans quels domaines d'activités une amélioration de la qualité s'impose.
Le questionnaire sert comme preuve de qualité, que toutes les sages-femmes indépendantes sont obligées de fournir (c'est un rapport de qualité au sens où santésuisse l'entend).

Qui allons-nous interroger ?
Dans chaque section, nous interrogerons 200 femmes. Après un tirage au hasard, 20 sages-femmes indépendantes, sages-femmes ayant une pratique libre et maisons de naissance seront sélectionnées par section; en mars 2006, chacune recevra 10 questionnaires destinés à leurs 10 dernières clientes. Des précisions sur la procédure à respecter seront décrites dans la lettre d'accompagnement.


 

Aux Pays-Bas, qui accouche à domicile ?

En consultant les registres de l'an 2000, les auteurs constatent qu'un tiers des naissances sont programmées à domicile (ou durant un bref séjour à l'hôpital) sous la supervision d'une sage-femme qui assure le suivi entier.
Dans ce groupe des accouchées à domicile, les multipares sont presque deux fois plus nombreuses (42,8% vs 23,5%). Les femmes de moins de 25 ans sont nettement moins nombreuses, de même que les femmes qui ne sont pas de nationalité néerlandaise. Le lieu géographique est aussi quelque peu déterminant : grandes villes (30,5%), petits bourgs (35,7%) et zones rurales (35,8%).

Source : Anthony S. Buitendijk et al. : Maternal factors and the probability of a planned home birth (Hollande), BJOG, 2005 Jun ; 112(6) : 748-53.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Césariennes: entre indications et complications

Le Prof. Olivier Irion et ses collègues ont réagi à l'annonce du taux de césariennes - qui en 2004 se situait en Suisse à 29% - par une mise au point sur les risques à court et long terme. Nous retenons leurs conclusions.
« Le recours facile à la césarienne n'est pas une réponse au désir légitime des couples à une sécurité optimale lors de l'accouchement. Exception faite des indications reconnues, si la césarienne permet de prévenir certains risques, c'est généralement au prix d'un nombre inacceptable d'interventions supplémentaires. La césarienne ne doit donc être réalisée que sur indication médicale. La demande maternelle est acceptable, mais doit être discutée sans complaisance et les risques, mêmes rares, exposés. Compte tenu des complications possibles lors d'un futur accouchement, il faut dans la mesure du possible éviter la première césarienne en respectant la physiologie. On se rappellera que la provocation de l'accouchement augmente le risque de césarienne. Une tentative de voie basse après césarienne n'est pas contre-indiquée, mais ce projet doit tenir compte des facteurs de risques et du souhait des parents. Dans ce cas les prostaglandines doivent être évitées.
L'accouchement par voie basse a longtemps été et restera le meilleur choix pour les femmes et les nouveau-nés. Il permet l'intimité des premiers contacts avec le nouveau-né et représente certainement le souhait des femmes, à de rares exceptions près. Aux obstétriciens d'honorer la confiance que leur font les couples. Dans cet esprit, publier leur taux de césarienne sera une marque de transparence bienvenue de la part des hôpitaux et cliniques. »

Source : O. Irion, M.A. Morales, D. Faltin et M. Boulvain : L'épidémie de césariennes : un mal nécessaire ? , In : Revue Médicale Suisse, 9 novembre 2005, 2566-2569.

SHV/FSSF, Josianne Bodart


 

Partir en mission à l'étranger ? www.ppun.fr

L'association humanitaire française "Passeport pour une Naissance" recrute des sages-femmes pour des missions courtes (4 à 12 semaines) en Afrique francophone.
Depuis huit ans, l'association à but non lucratif "Passeport pour une Naissance" envoie des sages-femmes - et d'autres professionnels de la santé - pour des missions en ville ou en brousse, par exemple tout prochainement au Mali et au Sénégal (détails sur le site www.ppun.fr ).

L'association « Passeport pour une Naissance » n'intervient pas dans des missions d'urgence ou de grandes catastrophes naturelles. Elle vise plutôt à apporter sur place une aide, avant tout dans le domaine de la périnatalité, aux populations médicalement démunies. Ainsi, chaque participante à une mission se glisse au sein de structures existantes en entretenant des relations amicales avec le personnel en poste. Elle lui apporte une aide qualifiée et peut pallier un manque ou une absence de professionnel de la santé. Elle travaille selon les habitudes locales en s'y adaptant et n'impose jamais de règle européenne.

Autres informations: http://www.ppun.fr

SHV/FSSF, Josianne Bodart